La CADHP a conclu à une violation des exigences de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples.

Заголовок: La CADHP a conclu à une violation des exigences de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples. Сведения: 2020-09-03 07:06:11

Arrêt de la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples du 24 novembre 2017 dans l'affaire Ingabire Victoire Umuhoza c. République du Rwanda (affaire n ° 003/2014).

Le requérant a été aidé à préparer une plainte auprès de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples (Banjul, Gambie).

Par la suite, la Commission africaine des droits et des peuples a renvoyé la plainte du requérant devant la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples (Arusha, Tanzanie). La plainte a ensuite été communiquée au Rwanda.

L'affaire a traité avec succès une plainte de condamnation pénale pour déni présumé du génocide rwandais.

L'affaire porte sur des questions de condamnation pénale pour déni présumé du génocide rwandais.


LES CIRCONSTANCES DE L'ESPÈCE


Le requérant, chef d'un parti politique d'opposition au Rwanda, est rentré dans le pays en 2010 après avoir passé près de 17 ans à l'étranger. Elle a été arrêtée peu de temps après et, en octobre 2012, a été reconnue coupable de crimes terroristes et de négation du génocide. Sa plainte à la Cour suprême n'a pas été concluante. Dans sa requête à la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples (ci-après dénommée la Cour africaine), la requérante a évoqué diverses violations de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples (ci-après dénommée la Charte).


QUESTIONS DE DROIT


Article 9 de la Charte (liberté d'expression). Le droit à la liberté d'expression est l'un des droits fondamentaux protégés par le droit international des droits de l'homme. Cependant, il n'est pas absolu et peut faire l'objet de restrictions dans certaines circonstances. Il n'a pas été contesté que la condamnation et la peine de la requérante équivalaient à une restriction de sa liberté d'expression. La question est de savoir si la restriction est prescrite par la loi, si elle sert un but légitime et si elle est nécessaire et proportionnée dans les circonstances de l’espèce.

La Cour africaine a noté que certaines des dispositions de la législation pertinente étaient larges et générales et pouvaient être sujettes à diverses interprétations. Cependant, compte tenu de la nature des crimes, qui sont difficiles à définir avec précision et de la marge d'appréciation dont jouit l'État défendeur pour définir et interdire les actes criminels dans sa législation, il conclut que les lois incriminées fournissent aux individus un avertissement adéquat, leur permettant de prévoir et de adapter leur comportement par rapport aux normes établies. Les crimes pour lesquels le requérant a été condamné étaient de nature grave et avaient des conséquences potentiellement graves pour la sécurité nationale et, à ce titre, la restriction servait le but légitime de protéger la sécurité nationale et l'ordre public. Les restrictions imposées à l'exercice de la liberté d'expression doivent être strictement nécessaires dans une société démocratique et proportionnées aux buts légitimes poursuivis. Certaines formes d'expression, comme le discours politique, en particulier lorsqu'ils sont dirigés contre l'Etat défendeur et des agents publics ou utilisés par des personnes dotées d'un statut particulier comme des personnalités publiques, méritent une plus grande tolérance que d'autres.

Le Rwanda a connu le génocide le plus brutal de l'histoire humaine récente, qui est reconnu par la communauté internationale. Par conséquent, il est justifié que les autorités de l'Etat défendeur prennent toutes les mesures nécessaires pour promouvoir la cohésion sociale et l'harmonie entre la population et pour empêcher la commission d'actes similaires à l'avenir. L'État est tenu de veiller au respect de la loi à cet égard.

S'il était parfaitement légitime pour l'État d'introduire des lois sur la minimisation, la propagande ou la négation du génocide, ces lois ne devraient pas être appliquées au détriment des droits et libertés des individus d'une manière qui ne tienne pas compte des normes internationales des droits de l'homme. Il est important que les restrictions aux droits et libertés fondamentaux des citoyens soient conditionnées par le contexte spécifique de chaque cas et la nature des actions considérées comme ayant causé de telles restrictions.

Les déclarations du requérant, qui auraient été faites à différentes occasions, se répartissent en deux groupes: les observations faites sur le génocide et dirigées contre le gouvernement défendeur.

Par exemple: "Nous rendons hommage à ce mémorial aux victimes tutsies du génocide, il y a aussi des Hutus qui ont été victimes de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, dont on ne se souvient ni ne sont honorés ici."

Comme dans tout pays rescapé du génocide, la question est très sensible et les opinions ou commentaires sur le génocide ne peuvent être traités de la même manière que les opinions exprimées sur d’autres sujets. Les déclarations qui nient ou minimisent la portée ou l’impact du génocide, ou l’insinuent explicitement, ne relèvent pas de l’exercice légitime du droit à la liberté d’expression et devraient être interdites par la loi. Quant à l'allégation selon laquelle les propos de la requérante répandaient la théorie du «double génocide», rien dans ses remarques n'indiquait qu'elle diffusait cette opinion. Il est clair que le requérant a reconnu le génocide contre les Tutsis et n'a pas prétendu que le génocide avait été commis contre les Hutu. Le verdict interne a reconnu que ses déclarations ne faisaient pas référence au génocide contre les Hutus, mais se référaient au contexte dans lequel elles avaient été faites. À cet égard, le contexte des déclarations faites peut avoir donné un sens différent au contenu ordinaire qu'elles véhiculaient. Cependant, les déclarations du requérant étaient sans équivoque et, dans de telles circonstances, l'imposition de restrictions graves telles que des sanctions pénales uniquement sur la base du contexte pourrait créer un climat dans lequel les citoyens ne pourraient pas exercer librement leur droit à la liberté d'expression.

La Commission nationale contre le génocide, qui est intervenue en tant qu'amicus curiae, a fait valoir que la théorie du "double génocide" était la manière dont le requérant avait fait preuve pour nier le génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda, et que la théorie du double génocide avait pour but de transformer le génocide de 1994 contre les Tutsis. années de massacre interethnique pour la réhabilitation des auteurs, de leurs complices et partisans.

Le deuxième groupe de déclarations du requérant contenait de sérieuses critiques à l'encontre du gouvernement de l'Etat défendeur et des agents publics. Si certaines de ses remarques peuvent paraître offensantes, elles étaient du type autorisé dans une société démocratique et doivent donc être tolérées, surtout si elles proviennent d'une personnalité publique telle que la requérante. Il n'y a aucune preuve que ses déclarations aient provoqué des troubles, l'indignation publique ou toute autre menace pour la sécurité de l'État ou l'ordre public.


RÉSOLUTION


L'affaire a violé les exigences de la Charte.

La Cour africaine a également conclu que les exigences de l'article 7 de la Charte (droit à un procès équitable) n'avaient pas été violées en l'espèce.

Compensation. La question n'est pas prête à être examinée.

 

 

Добавить комментарий

Защитный код
Обновить

© 2011-2018 Юридическая помощь в составлении жалоб в Европейский суд по правам человека. Юрист (представитель) ЕСПЧ.