La Cour EDH a constaté une violation des exigences des articles 3 et 13 de la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Заголовок: La Cour EDH a constaté une violation des exigences des articles 3 et 13 de la Convention de sauvegarde des d Сведения: 2020-04-01 07:07:01

Arrêt de la Cour EDH du 28 mai 2019 dans l'affaire Clasens c.Belgique (requête n ° 26564/16).

En 2016, le requérant a été aidé à préparer la requête. Par la suite, la requête a été communiquée à la Belgique.

Dans l'affaire, une requête a été examinée avec succès concernant l'absence d'une disposition minimale pour les besoins des détenus lors d'une grève des agents correctionnels. En l'espèce, il y a eu violation des exigences des articles 3, 13 de la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales.


Circonstances de l'affaire


Au printemps 2016, des grèves du personnel correctionnel ont eu lieu à Bruxelles et en Région wallonne de Belgique. En l'absence de sécurité minimale garantie dans les établissements pénitentiaires de Belgique, la grève a entraîné la suspension, à des degrés divers, des conditions du régime régulier de la peine dans divers établissements.

Pendant toute la durée de la grève, pendant environ deux mois, le requérant n'a eu accès à aucune activité en dehors de sa cellule: il était dans la cellule 24 heures sur 24, à l'exception d'une heure de marche tous les trois jours dans la cour. Il avait accès à une douche une ou deux fois par semaine et la fourniture de produits d'hygiène était suspendue, de sorte que le requérant ne pouvait pas les obtenir.

Depuis le début de la grève, plusieurs détenus, dont le requérant, se sont rendus devant le tribunal et ont reçu une ordonnance du tribunal ordonnant à l'État d'assurer, sous la menace d'amendes, la présence d'un nombre minimum d'employés pour subvenir aux besoins essentiels des détenus. Malgré l'intervention du directeur de la prison puis de la police, la régularité des services de base n'a pas été rétablie: les conditions de détention ne se sont pas sensiblement améliorées. En 2017, la cour d'appel a réduit l'amende, mais a confirmé la condamnation pour violation du droit au respect de la dignité humaine.


QUESTIONS DE DROIT


Concernant le respect de l'article 3 de la Convention (aspect de fond). Les observateurs sur place ont décrit de la même manière les conditions matérielles de détention dans les prisons respectives pendant la grève (voir ci-dessus). La Cour d'appel s'est également référée à cette description et a conclu qu'une situation similaire empiétait sur le respect de la dignité humaine.

Les conditions matérielles de détention existantes ont été complétées par les conséquences de l'incapacité constante du personnel pénitentiaire à remplir ses fonctions pendant la grève: les détenus étaient tributaires du refus d'un grand nombre d'employés des établissements de travailler et ont dû supporter la fourniture irrégulière et instable de services minimaux, sans savoir quand la grève prendra fin et, par conséquent, ne connaissant pas les perspectives d'amélioration de la situation. Ils ont été privés de presque tous les contacts avec le monde extérieur, à savoir des conversations téléphoniques, des visites de proches et des réunions avec des avocats.

Il y avait une grave pénurie de personnel dans l'établissement pénitentiaire. D'après les conclusions tirées des visites dans les locaux pendant la grève, il ne s'ensuit pas que la présence de policiers, dont les principales tâches comprenaient la sécurité et la surveillance, a conduit à une amélioration significative de la vie quotidienne des détenus.

L'effet cumulatif du manque continu d'activité physique, des violations répétées des règles d'hygiène, du manque de contact avec le monde extérieur et de l'incertitude quant à la satisfaction des besoins essentiels a sans aucun doute causé au requérant plus de souffrances que ce qui serait inévitable en détention. Ces conditions de détention constituent un traitement dégradant.


RÉSOLUTION


En l'espèce, il y a eu violation des exigences de l'article 3 de la Convention (adoptée à l'unanimité).

Concernant le respect de l'article 3 de la Convention combiné avec l'article 13 de la Convention. L'incapacité constante du personnel pénitentiaire à remplir ses fonctions pendant la grève a rendu impossible l'exécution d'une ordonnance du tribunal qui satisfaisait aux exigences du requérant, car la prestation de services minimaux aux détenus dépendait en tout cas du déroulement de la grève.

Compte tenu de ce défaut structurel fondamental, le requérant ne disposait pas de voies de recours susceptibles de rectifier la situation dont il était victime et d'empêcher la poursuite des violations alléguées.


RÉSOLUTION


Il y a eu violation de l'article 3 de la Convention combiné avec l'article 13 de la Convention (adopté à l'unanimité).

En application de l'article 41 de la Convention. La Cour alloue au requérant 3 480 EUR pour préjudice moral.

 

 

Добавить комментарий

Защитный код
Обновить

© 2011-2018 Юридическая помощь в составлении жалоб в Европейский суд по правам человека. Юрист (представитель) ЕСПЧ.